Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil > Vie scientifique > Séminaires thématiques > Archives des séminaires

Les méthodes qualitatives en géographie et sciences sociales

publié le , mis à jour le

Organisation : Rachele Borghi et Olivier Milhaud

Ce cycle de séminaires porte sur les méthodes qualitatives en géographie et en sciences sociales ; il se déroule sur plusieurs années. Pour paraphraser le sous-titre de l’ouvrage de Michael Pryke, Gillian Rose et Sarah Whatmore, (Using Social Theory, Thinking Through Research, Sage, 2003), ce cyle de séminaires cherche à repenser la place des méthodes qualitatives tout au long du processus de recherche : il vise à explorer les implications des choix méthodologiques et leurs philosophies sous-jacentes, la validité et la critique dont ces méthodes peuvent être l’objet, mais aussi les façons de faire très concrètes pour mener à bien une recherche avec ces méthodes. A ce titre, il intéressera autant les étudiants en Master et Doctorat que les chercheurs confirmés.

L’évolution de la recherche pousse à des spécialisations méthodologiques de plus en plus poussées. Le risque serait alors l’hyperspécialisation (qui mène par exemple parfois à l’oubli pur et simple du quantitatif) ou, à l’inverse, la fausse complémentarité des méthodes, qui les additionne au lieu de les articuler. De plus, alors que les méthodes participent à la fabrication de l’espace de l’enquête, leur impact sur les résultats reste trop souvent sous-estimé.

  • Quelles méthodes choisir à bon escient ?
  • Comment mener chacune à bien ?
  • Comment les articuler entre elles ?

Parce qu’il reste quantité de méthodes à explorer et de supports sous utilisés (la publicité, les mangas, les séries TV, les journaux intimes, les chorégraphies, les sonorités, etc.), la réflexion sur les méthodes les rendant scientifiquement valables doit se poursuivre tout en explorant de nouvelles voies.

  • Bertrand Pleven, Le cinéma de fiction, un regard géographique. Comment regarder, comprendre, en parler ?, 30 novembre 2013
  • Elena dell’Agnese, ‘Let’s cow boy up !’ : Gender and nation in contemporary visual culture, 12 décembre 2013
  • Nashidil Rouiai, Cinéma de fiction, représentations et géopolitique, 27 janvier 2014
  • Manuel Boutet, Samuel Rufat et Hovig Ter Minassian, Pour en finir avec les recherches internalistes en géographie ?, 5 mai 2014
  • Elise Olmedo, De la carte à la cartographie. Approche géographique des pratiques contemporaines autour de la restitution du sensible, 4 décembre 2014
  • Nashidil Rouiai et Juliette Morel, Cartographier les œuvres de fiction. Le cas de Hong-Kong au cinéma, 18 décembre 2014
  • Emmanuelle Petit, L’articulation des méthodes entre théorie, terrain et interprétations, 19 février 2015 matin
  • Emmanuelle Petit, atelier collectif « La boîte noire de l’interprétation », 19 février 2015 après-midi
  • Barbara de Vivo, « Espace et lieu. In a Queer Time and Place. Autour de Judith Jack Halberstam », 5 mars 2015
  • Noémie Rapegno, Enquêter auprès de populations handicapées dans une recherche en géographie : Éléments de réflexion méthodologiques, 9 avril 2015
  • Barbara de Vivo, autour du travail de Sara Ahmed : Queer Phenomenology. Orientations, Objects, Others (2006) concernant le concept d’orientation spatiale des trajectoires du genre, de la sexualité, de la race et de la classe, 14 mai 2015
  • Paola Zaccaria, TransMediterrAtlantic embodied shadow archives, 21 septembre 2015
  • Rory Hill, Terrain, réflexivité, méthodes : expériences d’un chercheur anglais travaillant en France, 17 décembre 2015
  • Micheline Hotyat, Ce que nous racontent les arbres, 9 février 2016
  • Fabrice Ripoll, Recherches et engagements militants : ni dichotomie, ni mélange des genres, 25 février 2016
  • Corentin Durand, L’Ouscipo : l’ouvroir de sciences sociales potentielles. Co-construire et restituer, ressources heuristiques et éthiques, 14 avril 2016
  • Cha Prieur, « Ethique du care, réflexivité et espaces bienveillants dans la recherche : du terrain à la restitution », 17 mai 2016
  • Marianne Morange, Camille Schmoll, « Enseigner les outils qualitatifs en géographie », 28 novembre 2016
  • Journée d’étude « Méthodes qualitatives, terrain et réflexivités » du 30 janvier 2017, organisée avec Rachele Borghi et Gaëlle Lacaze, 6 communications : Florence Huguenin-Richard « Cartographier les pratiques de mobilité à pied et les perceptions de l’environnement de marche. Le cas de piétons adolescents dans la métropole lilloise » ; Gaëlle Lacaze « L’artisanat méthodologique : un postulat pour l’enquête de terrain ? » ; David Goeury « Mon terrain, ton terrain, son terrain, notre terrain, votre terrain, leur terrain. De l’approche collective et transdisciplinaire des lieux. Retour sur l’expérience du programme Zerka (Tiznit 2015/ Nefta 2016) » ; Karine Duplan « Réflexivité, rapports sociaux et éthique : quel engagement social du chercheur.e en relation avec des dominant.e.s ? Réflexions à partir d’une enquête au sein de femmes expatriées à Luxembourg » ; Claire Brisson « Etudier les masculinités noires en chercheure blanche : l’extériorité à l’épreuve » ; Marianne Blidon « La réflexivité à côté. Enjeux et difficultés »